social1  social3 social2
.....ACTUALITE...... Lire sur des nouvelles d'intérêt qui transmettent d'autres organisations nationales et internationales ......BIENVENUE À LA FONDATION VALSAIN......... Lisez les dernières nouvelles sur le processus de paix en Colombie...... ...Lisez notre scène ouverte dans une nouvelle collaboration de José Manuel Gómez Benítez sur LA ETHIQUE DES ÉLECTEURS............Nouvelles activités dans notre ordre du jour..........LIRE NOTRE EDITORIAL"VENEZUELA COUP D'ETAT"........Follow Nos dernières activités..... NOUVELLES CARACTÉRISTIQUES DE FONDATION TV ............

PAS DE CETTE FAÇON

Au cours des dernières semaines des millions d’espagnols, catalans ou non, et autres européens, ont contemplé avec stupeur et incrédulité les événements qui se sont déroulés à grande vitesse dans la communauté autonome de Catalogne.

J’ai moi-même débattu dans ces pages d’OPINION sur les arguments de ceux qui insistent sur ce qu’on appelle le droit à décider. Nous l’avons fait de façon sereine et démocratique.

Mais une position comme celle-ci a été dépassée par les exigences et les actions des ultra-indépendantistes et aujourd’hui la réalité est malheureusement toute autre.

1.- En réalité nous avons assisté à un audacieux coup d’Etat contre la Constitution, le Statut de la Catalogne, et les institutions démocratiques qui en émanent.

Un coup contre la démocratie et l’Etat de Droit qui nous a tant coûté à construire et à consolider après la dictature.

Et cela avec un groupe d’homme politiques dont certains provenant de l’ancien parti Convergencia y Unio (bourgeoisie conservatrice nationaliste catalane), allié à un parti qui n’a jamais été déterminant dans la politique contemporaine catalane comme Esquerra Republicana et une nouvelle force populiste comme la CUP, fondamentalement antisystème qui utilise l’indépendantisme comme un pur instrument pour atteindre le contrôle des institutions et le pouvoir. Et à eux tous avec à peine une majorité de nombre au parlement mais sans majorité absolue de voix dans la communauté autonome.

A la stupéfaction de tous, ce groupe minoritaire de partisans de l’indépendance n’a pas hésité à violer les règles parlementaires en bâillonnant les minorités moyennant la modification du règlement du Parlement (à l’encontre de l’avis exprimé par la chambre), approuver une loi qu’ils appellent de « déconnection » , lors d’une séance express sans aucun débat, avec une présidente au service absolu du Govern, de façon réellement honteuse, rappelant les meilleurs moments de la « démocratie organique » franquiste.

Et après avoir convoqué un referendum dans lequel il était prévu que s’il y avait un vote oui de plus que les non, et cela sans tenir compte de l’abstention, l’indépendance serait alors gagnée, et il ne resterait plus qu’à proclamer la république catalane, avec de nouvelles institutions pour la constitution desquelles il était prévu, entre autres perles démocratiques, que le Govern désignerait les membres du pouvoir judiciaire de Catalogne.

Toutes ces modifications règlementaires et lois émanant de ces forces politiques furent rejetées par le Tribunal Constitutionnel qui ordonna leur suspension ainsi que celle du referendum. Aucune de ces dispositions du Tribunal constitutionnel n’ont été acceptées ni respectées. Les autorités catalanes se sont délibérément situées dans la plus absolue illégalité et inconstitutionnalité.

Les autorité catalanes ont procédé à la convocation du referendum interdit, sans aucune condition de liberté de vote, sans période de débat public, sans recensement réel, sans véritables bulletins, avec des urnes clandestines, des votes dans les collèges qui étaient ouverts ou n’importe où ailleurs, avec des centaines de bulletins dans des sacs poubelles déversés dans les rues, un recensement universel publié à travers des réseaux de hackers internationaux, sans aucune sécurité juridique pour les données personnelles des catalans qui aujourd’hui circulent dans le cyber espace et peuvent être la proie de n’importe quel groupe de bandits.

Et avec des résultats parfois surprenants de plus de votes OUI que de votants ; des collèges avec 300% de votes, des personnes photographiées votant plusieurs fois, etc.. et le résultat final oh miracle plus de 90% de voix pour le OUI.

Le tout assaisonné d’une série de campagnes systématiques basées sur le mensonge, comme par exemple l’Europe nous comprend et nous accueillera dès que nous serons indépendants, l’Espagne nous vole, nous sommes opprimés et autres, qui s’ajoutent  aux blessés imaginaires de la journée du vote (la militante d’Esquerra republicana conseiller municipale d’un village où elle n’était pas venue depuis des années avec soit disant tous les doigts de la main cassés et qui finalement n’avait qu’une légère inflammation au petit doigt, etc..Ce qui n’empêche qu’il faudra que les tribunaux mettent à jour s’il y a eu ou non excès dans l’action des forces de sécurité ce jour là.

Et pour couronner ce tableau, les groupes indépendantistes ont mené une campagne de haine, d’insultes, de harcèlements contre des autorités municipales ou autres personnes qui manifestaient publiquement leur désaccord ou leur opposition à l’indépendance. Nous avons vu des gestes et des conduites dignes du plus pur fascisme.

Nous qui avons lutté pour la construction de la démocratie en Espagne, et cela impliquait les libertés  et droits fondamentaux pour tous, et concrètement la reconnaissance de la langue, la culture et l’établissement de l’autogouvernement dans les Communautés autonomes et spécialement en Catalogne, nous avons vécu et nous vivons ces événements comme une douloureuse trahison à la Constitution, au Statut d’Autonomie de Catalogne, les deux grands textes articulés de droits et libertés publiques de notre démocratie à tous, et bien sûr, aux valeurs démocratiques, en particulier à la solidarité.

Voila pour la description succincte des faits.

2.- Mais en ce moment le plus important est d’empêcher que ne soient mis en danger les libertés et droits fondamentaux de tous les espagnols et en particulier tous les catalans qui ne sont pas d’accord avec les indépendantistes et risquent d’être balayés par ce  groupe d’extrémistes.

Pour cela il faut regarder en face le problème dans toute sa dimension. Depuis des années et depuis qu’a été dictée la sentence restrictive du Tribunal Constitutionnel sur le Statut d’Autonomie de Catalogne, un sentiment d’irritation profonde s’est développé dans les milieux nationalistes qui a été habilement manipulé par les indépendantistes pour conquérir des secteurs de la société catalane, en particulier les jeunes, au moyen d’une campagne systématique d’intoxication, à laquelle de façon incompréhensible, personne n’a répondu de façon adéquate ni en Catalogne ni ailleurs.

Cet état d’esprit a coïncidé avec la profonde crise économique, l’incapacité des autorités catalanes de gérer de façon adéquate leurs propres compétences et les grands services publics, provoquant une forte dette publique, et pour abréger la liste des erreurs, la nécessité de monter un important rideau de fumée pour cacher la corruption du parti jusqu’alors au pouvoir en Catalogne.

L’idée d’un referendum était parfaite pour concentrer l’attention sur cet objectif, ainsi que les émotions de beaucoup de gens désenchantés du manque d’initiatives du gouvernement de la nation et des partis constitutionnalistes pour articuler une voie de réforme de la Constitution ouvrant un espoir de construire un nouvel espace d’entendement commun.

Cet objectif est toujours en attente et non seulement à cause du problème catalan mais aussi pour d’autres raisons qui concernent tous les espagnols.

Et nous devons mettre en marche cette réforme constitutionnelle avec une possibilité d’articulation fédérale de notre pays, cherchant un nouveau consensus de base comme nous avons su le faire à la chute de la dictature. Et cette nouvelle Constitution de et pour tous, elle, sera soumise au vote de tous les espagnols par voie de referendum.

3.- Mais ce grand débat ne peut pas avoir lieu avec comme interlocuteurs en Catalogne un gouvernement qui est situé dans l’illégalité et a adopté une attitude putschiste. Avec ce genre de personne malheureusement il est impossible d’ouvrir une négociation quelconque au risque de discréditer et de blesser à mort la propre démocratie espagnole.

Aujourd’hui à Barcelone l’autre catalogne, non indépendantiste s’est fait entendre. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour dire qu’elles ne veulent pas d’un déchirement entre la Catalogne et l’Espagne et ne veulent plus de haine ni de division entre catalans, qu’elles veulent une Catalogne forte et unie, une Espagne forte et unie, et une Europe forte et unie.

Parce que les pays de l’Union Européenne et les institutions communautaires ont déjà dit à M. Puigdemont et ses amis qu’ils ne reconnaissent pas ce mensonge du droit à l’autodétermination, qui n’a rien à voir avec les pays européens. Plus encore, que ses objectifs sont profondément anti européens.

C’est pourquoi, s’il reste à l’actuel gouvernement catalan un minimum de sens commun et de décence politique, il devrait comparaître devant le parlement et annoncer la convocation d’élections, pour que la volonté non séquestrée du peuple catalan puisse décider librement qui doit le gouverner à l’avenir et assumer la responsabilité de soigner les blessures et ouvrir les portes au dialogue et à l’entendement.

Dans ce pays personne n’est persécuté pour ses idées, qu’elles soient nationalistes ou indépendantistes, mais pour ses actions contre d’Etat de Droit, pour se situer en marge et contre la loi et l’ordre constitutionnel. Et il est clair que les gouvernants actuels de la Catalogne ainsi que leurs accompagnateurs dans cette aventure devront assumer leurs responsabilités, devront s’en aller et laisser la place à des politiciens sensés et démocrates qui rendent possible un objectif de paix, de démocratie et de concorde entre tous les espagnols.

Sotosalbos, 8 octobre 2017

Alvaro Gil Robles

FaLang translation system by Faboba

FONDATION TV

DERNIÈRES ACTIVITÉS

 


 

FILM ESPACE ET DROITS DE L'HOMME

IIII CICLO DE DERECHOS HUMANOS Y CINE - DIA 3 - COLOMBIA UNA GUERRA MENOS


 

« L'EUROPE QUE NOUS VOULONS »

VI Ciclo de Valores y Sociedad " La Europa que queremos" - Día 4 - Iñigo Urkullu

DERNIÉRES ACTIVIÉS

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

OÙ SOMMES-NOUS!

Le Fondation Valsaín, du niveau de l'Etat , est basée sur le Site royal de la province de San Ildefonso de Ségovie, Castille-et-Leon.

Nous incluons les adresses postales et e-mail pour un contact direct.

Adresse postale:
Plaza de Los Dolores nº1, 40100

(Segovia) España.

Adresse de courrier électronique: info@fundacionvalsain.com 

   mapa   

 

 

Espacio Cine y Derechos Humanos

IIII CICLO DE DERECHOS HUMANOS Y CINE - DIA 3 - COLOMBIA UNA GUERRA MENOS

ESPACIO VALORES DEMOCRÁTICOS

VI Ciclo de Valores y Sociedad " La Europa que queremos" - Día 4 - Iñigo Urkullu

TV LO ULTIMO NUEVO

La Fundación Valsaín utiliza cookies propias y de terceros para mejorar su experiencia al navegar por la web, analizando la navegación en nuestro Sitio Web Para saber mas sobre nuestra Politica de Privacidad haga click Saber mas ....

Si continúa navegando, usted está aceptando su uso